CIMA-Q

Consortium pour l'Identification précoce de la Maladie d'Alzheimer - Québec

Protection et facteurs de risque

Direction : Pierrette Gaudreau (Ph. D.)


Cochercheurs/collaborateurs :

Rebecca Fuhrer (Ph. D.), John Breitner (M.D.)


Facteurs de risque

Il a été proposé que la maladie d'Alzheimer se développe quand l'accumulation des facteurs de risque surpasse la capacité d'autoréparation du cerveau. Bien que l'âge soit le meilleur prédicteur de la maladie, plusieurs autres facteurs, préventifs ou aggravants, ont été identifiés. Les comorbidités, ou la présence de maladies autres que l'Alzheimer, comme les maladies cardio-vasculaires, le diabètes de type 2, l'hypertension, un cholestérol élevé, les accidents vasculaires cérébral ou les mini-AVC, les conditions inflammatoires chroniques et les épisodes de dépression clinique ont été associés à un déclin cognitif accéléré et à la démence. En contre partie, il y de plus en plus d'évidences suggérant que certaines habitudes de vie ont un effet positif sur les fonctions cérébrales et qu'elles pourraient retarder ou empêcher l'apparition de la maladie. Parmi celles-ci, le niveau d'éducation, l'activité physique, la diète, l'engagement social et la stimulation cognitive sont tous des facteurs préventifs de la maladie.

La cohorte NuAge, constituée d’hommes et de femmes en bonne santé nés entre 1921 et 1935, a déjà été suivie durant une période de 5 ans dans le cadre d'une autre étude. Cette cohorte bien documentée devient une excellente cohorte populationnelle pour étudier l'influence du mode de vie sur l'apparition des troubles cognitifs et identifier de nouveaux facteurs de risque ou de prévention.

Facteurs de risque